Rechercher
  • Delphine Véronneau

La vitesse grand V

Dernière mise à jour : 26 nov. 2020

Un p’tit pas à la fois dans ces nouvelles règles sociales. Des règles en place pour la santé. Des règles physiques. Comme si la planète entière faisait un exercice de danse qui se résume à marcher ensemble, sans jamais se toucher. Aimer l’autre en l’évitant; une méthode qui défie des millénaires d’habitudes humaines. Des détours grandioses pour ne pas s’approcher du risque que l’autre porte peut-être le mot le plus épeurant de 2020….le grand Virus. Un p’tit pas à la fois pour réfléchir sur l’essentiel.

Ce grand V a ralenti le rythme physique, le rythme social. Il a aussi engendré le bâillon. En bloquant la bouche, le regard et l’ouïe se sont décuplés. Ça nous a obligés à ouvrir l’œil et l’oreille. Plus grand. Écouter les abus, voir la violence, entendre l’inégalité et respirer notre propre haleine. Viciée. Et pour les bâillonnés de toujours, ce fut trop. Ils ont crié. Un recul physique pour une avancée sociale d’entendement. J’ose espérer.

Le grand V a stoppé l’air-d’aller-toujours-bien dans ce monde de surperformance. On s’est dit tous ensemble; ça va mal. Ça va bien aller, mais là, ça va mal. Comme pour ouvrir un espace d’inclusion à ce qui va mal, ce qui trébuche, ce qui pleure. Un questionnement obligatoire, une introspection essentielle. Un mouvement de masse. Un p’tit pas à la fois. Un geste à la fois.


En cet automne 2020, j’ai ouvert la porte du studio de répétition avec beaucoup plus d’humilité, et avec une reconnaissance décuplée que d’autres humains y entrent avec moi. La force du geste me semble encore plus immense et la raison pourquoi on danse me semble encore plus fondamentale.



73 vues0 commentaire